LIVRAISON GRATUITE de nos bornes d'arcade et darts en France Métropolitaine (Hors borne à 799€)

Une question ? Contactez nous au : 03 74 47 15 84

John, de l'usine aux bornes d'arcade

John, de l'usine aux bornes d'arcade

 

Vivre de sa passion

Je m'appelle John, et quand l’histoire de King Arcade débute, je vis déjà dans les Hauts-de-France. À l’époque, en 2014, comme beaucoup de jeunes autour de moi, je suis intérimaire dans une usine de construction automobile. Je gagne ma vie, je travaille de mes mains, j’enchaine les trois-huit, mais ce travail ne me passionne pas. 

Enfant, j’avais déjà en tête que pour avancer et être heureux, il faudrait que je vive d’une de mes passions. L’une de mes passions, je la dois à mon grand-père, qui m’a transmis son savoir en matière de bricolage en tout genre et d’électronique. C’est sans doute pour cette raison que je sacrifie de nombreuses heures de sommeil et de temps libre à la conception, dans ma chambre, de mon tout premier Bartop fait-main. Cette machine est faite de bric et de broc, de matériaux de récupération et de composants chinés un peu partout, mais elle fonctionne. Un jour, quelqu’un me propose d’acheter mon bartop. J’accepte, mais je suis gêné, la machine n’est pas parfaite et je sais que je peux faire mieux. 

Rapidement, je réalise mon second Bartop. Les finitions sont plus propres, les composants de meilleure qualité et j’ai appris de mes erreurs. Pas le temps de profiter de mon nouveau bébé, quelqu’un me l’achète. Sur mon poste de travail, à l’usine, après avoir enchaîné mes huit heures de labeur, je me prends à rêver : Et si c’était ça mon métier, fabriquer des bornes d’arcade. 

 

Le début d’une aventure

La vie, ça prend parfois des chemins inattendus. Les joies du travail intérimaire font qu’en 2019, je dois trouver un nouveau job. Rapidement, on m’engage dans une entreprise de publicité. Du jour au lendemain, je gère un site d’e-commerce, une clientèle exigeante, un atelier d’usinage et une CNC. J'apprends sur le tas, je traite les commandes des clients, je découpe des lettrages, des logos, des formes diverses, j'emballe le tout et j'expédie dans les délais. C’est passionnant, malheureusement, ça ne dure pas très longtemps. Juste assez pour faire des rencontres stimulantes et renforcer mes objectifs : Je sais que je peux gérer une boutique en ligne et un atelier, puisque je l’ai déjà fait. La suite, vous la devinez… Je retourne à l’usine.

Je retourne à l’usine, mais cette fois, mon objectif est clair, simple et définitif : gagner ce qu’il me faut d’argent pour lancer mon activité : La journée, je suis John l’employé d’usine. La nuit, je crée King Arcade. C’est fatiguant, toutefois, c’est aussi galvanisant, parce qu’au fond, je sais que je forge mon avenir. Rapidement, mon site internet prend forme et mes bornes d’arcade sont de plus en plus professionnelles. Je prends un petit local et je monte moi-même une CNC pour découper les panneaux de bois. Grâce aux réseaux-sociaux et à de longues nuits blanches à étudier les techniques de référencement, les premières commandes tombent régulièrement. Puis vient le coup de pouce du destin.

 

Toucher les étoiles

En 2021, je suis contacté par NRJ pour réaliser une borne d’arcade aux couleurs du dernier album de Soprano. Le délai est très court, mais moi et ma petite équipe relevons le défi. En quelques heures, la borne entière est conçue : du graphisme, au montage, en passant par son flocage. Le lendemain, la borne est dans les locaux de la célèbre radio et sera gagnée par un auditeur dans l’émission de Camille Combal, en présence de Soprano. On souffle, on est content, c’est une mission réussie. Le téléphone et la boite mail explosent, l’émission est un véritable coup de projecteur sur ma petite société. L’aventure prend encore une nouvelle tournure.

King Arcade a véritablement pris son envole. Je veux continuer à innover en créant de nouvelles machines. J’ai besoin de place, alors je change de local. J’investis dans une vraie CNC, une découpeuse numérique digne de ce nom pour gagner en vitesse et en précision. Enfin, je démissionne de l’usine : Maintenant, je me consacre à 100% à l’arcade ! Pour répondre aux demandes toujours croissantes, je réunis une petite équipe, ma King Arcade Family. Celle-ci, je la compose de personnes qui partagent mon état d’esprit, des gens qui veulent vivre de leur passion et qui ont la niak. 

Ensemble, on améliore nos moyens de production, on innove et on essuie aussi quelques galères. Impossible de trouver un transporteur qui achemine nos machines sans les broyer ou sans en perdre une sur la route (Un jour, j’en ferai un article de blog). Je décide donc de livrer en personne les machines : King Arcade crée vos machines, vous les livres et vous les installe à domicile. Toujours dans l’optique de maîtriser l'intégralité de la chaîne de production et éviter tout souci, j’investis dans un parc machines d’impression numérique. Aujourd’hui, tout se fait en interne.

C’était mon histoire, celle de John, c’est maintenant celle d’une famille. C’était un loisir dans ma chambre, c’est devenu un métier, dans de vrais locaux d’entreprise. C’était un fantasme d’ouvrier, c’est devenu une réalité. C’était une passion, ça reste une passion. Et je compte encore réaliser de grandes choses avec King Arcade et mon équipe.

 

Nous utilisons des cookies pour nous assurer que nous vous offrons la meilleure expérience sur notre site.